Mustafapasa

Bien que peu remarquable sur le radar touristique turc, Mustafapasa est un beau village qui mérite la visite lors d’un circuit en Cappadoce. C’est un bastion de l’architecture typique de manoir en pierre grecque, rappelant sa gloire passée lorsque les riches commerçants gréco-ottomans y ont autrefois résidé. Après avoir contemplé la beauté surannée des façades, partez à la découverte des églises historiques au cœur de la ville, puis dans les vallées rocailleuses périphériques.

Histoire

Mustafapasa s’appelait Sinasos ou « ville du soleil » à l’époque ottomane. Sa population était auparavant mixte, composée en majorité de Grecs, de Karamanlides et de Turcs musulmans. Le commerce de fruits de mer, en particulier du caviar, faisait la richesse des Sinasiotes (Grecs de Sinasos), qui érigèrent sur les falaises de la ville de belles maisons sculptées. Les mosquées et les églises coexistaient dans le petit village. La vie était calme, jusqu’à ce que la Grèce et la Turquie établissent un accord d’échange de population en 1924. Les Grecs et les Karamanlides furent déplacés dans la partie nord de l’île d’Eubée, tandis que Sinasos accueillit les musulmans macédoniens et les Turcs de Kastoria. Après la Première guerre mondiale, la ville a été beaucoup plus présentée sous son nouveau nom Mustafapasa. La cité est aujourd’hui protégée par le Ministère de la Culture de la Turquie.

Découvrir Mustafapasa

Au milieu de toute la fantaisie et des histoires qui entourent la Cappadoce, Mustafapasa a longtemps été invisible. Elle n’a pas eu le même succès touristique que ses villes voisines, malgré leur proximité. Elle entretient un rythme de vie détendu dans une vallée ouverte sur le ciel. De nombreux joyaux historiques se nichent dans la localité, n’attendant qu’à être découverts au tournant des rues larges et sinueuses.

La vie dans le village

Le temps coule lentement sur la place centrale de Mustafapasa. Sur les terrasses des cafés, les anciens passent des heures à jouer au backgammon, tout en sirotant du thé, en face du ballet paisible des piétons. A l’horizon dans les vallées voisines, les peupliers bordant les ruisseaux tanguent au gré du vent qui souffle. Les vergers entourent la ville et abritent des pommiers, des abricotiers et des poiriers. Des vignobles sont également présents, la production de vin faisant partie des grandes bases de l’économie locale. Mustafapasa compte deux usines de vin qui fournissent une production d’environ 600 tonnes chaque année. Outre le vin, les raisins noirs servent également pour la fabrication du pekmez (sirop de fruit turc). Quand vient l’automne, les femmes de Mustafapasa se joignent pour préparer cette spécialité dans la pure tradition hittite en vue de l’hiver. Après avoir rassemblé les raisins dans des fosses de pierre, les baggy salvar retroussés en haut des jambes, elles foulent pieds nus les fruits pour en extraire le jus, puis siphonnent le liquide dans de grands chaudrons réchauffés au feu de bois. A Mustafapasa, vous aurez tout le plaisir de découvrir la vraie vie d’un village anatolien, hors des sentiers battus de la Cappadoce !

Un décor suranné

En vous baladant dans les rues, laissez-vous dépayser par l’architecture spectaculaire de la ville. Malgré le temps et la négligence, les anciens bâtiments attirent les regards avec leurs façades flanquées de motifs complexes. La peinture bleue recouvrant les portes et les murs portent le nom de « bleu Sinasos ». Bon nombre des maisons ont été laissées à l’abandon. En attendant leur restauration, la végétation et les nids d’oiseaux ont envahies les pièces. D’autres, plus chanceuses, ont été réhabilitées dans leur splendeur d’antan.

Les attractions à ne pas manquer

Quand vous venez pour la première fois à Mustafapasa, visitez avant toute autre chose le Sakir Pasa Medrese ! Reconnaissable à son portail finement sculpté, ce complexe universitaire de l’époque ottomane est aujourd’hui devenu une université moderne. Mısırlı Sakir Pasa l’a fondé au XIXe siècle pour fournir une bonne éducation aux fils des familles turques locales. En face de l’établissement, vous trouverez la mosquée Camii Kebir qui a été érigée en 1600. Elle a préservée son ancien minaret aux tons seldjoukides, contrastant subtilement avec les ajouts récents.

Non loin, l’église de Saint Constantin et Sainte Hélène est aussi incontournable. Dédié à l’empereur Constantin le Grand et à son épouse, l’édifice abrite des fresques datant de 1895 et portant la signature d’un artiste grec formé à Venise, Kostis Meletyades. D’autres églises, chapelles et monastères se nichent dans les collines. En randonnant dans la vallée de Gomeda, vous tomberez sur les églises rupestres de Saint Basile, Saint Estephe et Saint Nicolas.

Avant de quitter Mustafapasa, offrez-vous un intermède culinaire dans un cadre exceptionnel au Old Greek House. Ayant à l’origine appartenu à un artiste grec nommé Yorha Vasil, cette résidence datant des années 1800 a été reprise en 1938 par la famille Ozturk. Au départ, elle servait tout simplement de maison familiale, jusqu’à ce que les propriétaires s’investissent, par pur hasard, dans la restauration et l’hôtellerie en 1992. Maintenant, c’est une adresse incontournable en Cappadoce pour déguster les spécialités turques associées à la haute gastronomie.

Comment s’y rendre ?

Par voie aérienne

L’aéroport de Nevsehir est le principal point d’entrée par voie aérienne dans la région de Cappadoce. La piste reçoit quotidiennement des vols en provenance d’Istanbul. Depuis l’aéroport, comptez environ une heure en voiture pour rejoindre Mustafapasa située à 55 km. Une autre alternative, l’aéroport de Kayseri dispose d’une liaison régulière avec Istanbul, Izmir et Antalya. Vous pouvez ensuite prendre un bus régional pour parvenir à Mustafapasa.

Par voie terrestre

Mustafapasa se trouve à 750 km d’Istanbul. Le trajet en voiture entre les deux villes prend 8h en moyenne. Depuis la capitale turque Ankara, située à une distance de 330 km, le voyage dure environ 4h. En outre, il existe quelques compagnies de bus qui desservent Nevsehir depuis de nombreuses villes de Turquie.

Quand visiter ?

Mustafapasa et la région de la Cappadoce en général sont à visiter idéalement au printemps, entre avril et juin. Durant cette période, le temps est frais et les tarifs des services touristiques sont moins chers (hors saison).

Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Cevdet de "Samistal Travel". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+90 533 259 68 84