Uçhisar

Uchisar vous ouvre les portes de la région de Cappadoce, cœur du tourisme en Turquie. Chaque année, c’est un point de rendez-vous commun pour les aventuriers en quête d’histoires et de paysages insolites. Et même si les hôtels modernes ont commencé à entacher les vues oniriques sur les cheminées de fées, la ville reste populaire pour son esthétique surannée et son emplacement stratégique.

Histoire

La première mention d’Uchisar a été trouvée dans une chronique du XIVe siècle écrite par Aziz ibn Ardasir, mais la contrée était déjà habitée bien longtemps avant cela. Au temps des Hittites, les falaises ont probablement été exploitées comme des remparts naturels contre les assaillants. Lorsque les Byzantins ont occupé la région au VIIe siècle ap. J.-C., ils ont créé une zone tampon sur le territoire afin d’intercepter l’expansion islamique. Ensuite quand les musulmans ont réussi à conquérir la région, ils ont également profité de la topographie du terrain pour renforcer leur défense. Ils ont entre autres aménagé des bases avec des caravansérails à différents endroits stratégiques.

En 1985, l’UNESCO a inscrit Uchisar et la région de la Cappadoce au Patrimoine naturel et culturel extraordinaire du monde. La ville a ensuite été placée sous protection au sein du territoire du Parc national naturel et historique de Goreme en 1986.

Découvrir Uchisar

Quand on parle d’un voyage en Turquie, la Cappadoce apparaît en premier plan. Cette région attire tous les ans des millions de visiteurs pour ses cheminées de fées et ses villes troglodytes, que l’on explore aussi bien à pied qu’en montgolfière. Uchisar est la ville la mieux placée pour la découvrir, c’est aussi le point culminant de la région. La cité a maintenu son usage en tant qu’étape stratégique depuis la période perse, puis sur la route de la soie jusqu’à nos jours. A son histoire, Uchisar associe un patrimoine architectural unique, un tableau dont vous ne vous lasserez pas de contempler, avec en toile de fond les vallées rocailleuses de la Cappadoce.

Le Kale d’Uchisar : grimpez sur le toit de la Cappadoce

Visible à des kilomètres à la ronde, le Kale, point culminant de la Cappadoce, est un haut piton volcanique troué de tunnels. Creusé à l’époque des Hittites, vers 1 500 av. J.-C., il a servi d’abri aux habitants lors des invasions dans les plaines, puis de refuge aux chrétiens pourchassés par les Romains. La citadelle comporte vingt étages interconnectés par un réseau de galeries et d’escaliers. On y trouve des appartements, des églises, des entrepôts, des réfectoires, des salles communes, etc. Quelques logements troglodytes y sont encore habités. Montez dans les hauteurs du Kale d’Uchisar pour admirer un coucher de soleil pittoresque sur le paysage lunaire de la Cappadoce !

Les autres monuments à ne pas rater à Uchisar

Visitez le Château de Tığraz, le deuxième plus grand château de la ville. Cette colonie de pente s’étend sur sept étages jusqu’à la base de la vallée de Güvercinlik. Le complexe souterrain abrite une série de cave, des tunnels, un entrepôt et différentes salles. Ne manquez pas non plus le château Karakale ou château noir, reconnaissable à la texture volcanique sombre à son sommet. Rendez-vous ensuite dans le quartier de Tekelli pour découvrir les vestiges d’un caravansérail. Nommé Hanönü, le site a été rempli de gravats depuis son effondrement.

Randonnée dans la vallée des pigeonniers

Les pigeonniers font partie de la tradition cappadocienne. Les habitants élèvent des pigeons depuis plusieurs siècles et en proposent encore aujourd’hui aux enchères, avec un prix qui peut grimper jusqu’à 350 euros. Attention, il ne s’agit pas de les consommer, loin de là. Les oiseaux sont surtout prisés pour leur beauté. La Cappadoce abrite un bon nombre de variétés, chacune avec ses propres couleurs.

A part leur allure, les pigeons tiennent un rôle important pour l’agriculture dans cette région où le climat est austère, sec et aride. Les paysans récoltent la fiente des oiseaux afin de rendre les terres plus fertiles. Pour les attirer, ils ont creusé des pigeonniers dans les falaises entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. Ils ont ensuite étalé du plâtre glissant sur les façades afin d’empêcher les prédateurs d’atteindre les abris. Puis, ils ont peint des fresques au niveau des entrées en guise de protection contre les forces du mal.

Non loin de la ville d’Uchisar, en empruntant les sentiers tortueux à travers les aplombs rocheux, vous atteindrez la Vallée des Pigeonniers. Couvrant à peu près 4 km, le site s’étend jusqu’au célèbre village troglodytique de Goreme. Au fond, différentes cultures et arbres fruitiers sont soigneusement entretenus et apportent une touche de fantaisie au cœur des rochers.

Comment s’y rendre ?

Des bus circulent entre Uchisar et Goreme toutes les demi-heures du lundi au vendredi, et toutes les heures le week-end. Goreme est reliée par le bus à Kayseri.

Quand visiter ?

Pour bien profiter de votre voyage à Uchisar et en Cappadoce en général, choisissez des dates entre mars et mai, au printemps, ou entre septembre et novembre, en automne. Il n’y a pas beaucoup de touristes à ces périodes et la chaleur est modérée. En été, de juin à août, la température dans la région peut grimper jusqu’à 32 °C. C’est aussi la haute saison touristique, les prix montent en conséquence. Pendant l’hiver, de décembre à février, il fait froid, avec des températures pouvant baisser en-dessous de -6°C.

Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Cevdet de "Samistal Travel". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+90 533 259 68 84